Gen Bu Kan

AFJSSR - Association Franco-Japonaise de Shuri Shorin Ryu

Shuri Shorin Ryu Kara Te Do

Les sensei

Maître SAKUGAWA (1762-1843), élève de MAKABE sensei et KUSANKU sensei a rapporté de Chine du nord la maîtrise d'un art martial. Cet art était nommé TO TE ou TO DE à Okinawa.

Le TO TE est de courant Shorin, venant de Shaolin en Chine.

SAKUGAWA SENSEI (1733-1815)

Maître MATSUMURA (1792-1896) devint l'élève de Maître SAKUGAWA.

MATSUMURA SENSEI ( 1792-1896)

ANKO ITOSU sensei (1831-1915), élève de Maître MATSUMURA, devint une figure légendaire du Shuri te. Ces trois grands maîtres du Shuri te ont posé à Okinawa les bases d'un art qui donnera naissance à une myriade d'écoles.

ITOSU ANKO SENSEI (1830-1915)

Monument de ITOSU ANKO SENSEI à Shuri

Les Okinawaïens protégeaient leur patrimoine culturel, et jusqu'aux années 20, la pratique des arts martiaux était insulaire.

C'est vers 1926 que GICHIN FUNAKOSHI sensei fit une démonstration au Japon. Il s'y installa, enseigna le Shuri te. Les relations entre le Japon et la Chine étant plutôt mauvaises, FUNAKOSHI sensei décida de donner à sa pratique une couleur plus japonaise en changeant les termes chinois. C'est ainsi qu'il adopta le mot karate (main vide) à la place de to te (main vide).

Il créa un dojo qu'il nomma SHOTO KAN (La maison de Shoto, son surnom). Le nom de son dojo devint le nom de son école que son fils modifia considérablement.

MABUNI KENWA sensei, autre figure okinawaïenne, fit une synthèse entre le Shuri te et le Naha te pour créer le SHITO RYU. Le kanji ITO de ITOSU sensei se lit aussi SHI et le kanji HIGA de HIGAONNA sensei se lit également TO. Il s'installa également au Japon.

Le karatedô, dans son essence, n'est donc pas japonais, mais okinawaien.

Le courant Shorin donna naissance à de nombreuses écoles, de façon directe tel que le KOBAYASHI RYU, le MATSUBAYASHI RYU ou de façon indirecte tel que le SHOTO KAN, WADO RYU, KYOKUSHINKAI, SHITO RYU.

A Okinawa, l'école de maître ITOSU a été préservée des dérives et des trous de mémoire collective.

Maître ITOSU a enseigné à de nombreux élèves dont certains furent et restent célèbres : CHOKI MOTOBU, ANKICHI ARAGAKI, GICHIN FUNAKOSHI, KENWA MABUNI, CHIBANA, CHOTOKU KYAN...

Parmi ces pratiquants : SHINPAN SHIROMA sensei (1890-1954). Il conserva l'enseignement de maître ITOSU et le transmit à YOSHIO NAKAMURA sensei.

SHINPAN SHIROMA (1890-1954)

Entrainement devant le chateau de Shuri, dirigé par SHIROMA SHINPAN en 1937

YOSHIO NAKAMURA sensei, né en 1916, a connu beaucoup des grands maîtres d'Okinawa. Il est, avec d'autres vieux maîtres encore en vie (très peu), la mémoire vivante de l'histoire des arts martiaux d'Okinawa. Il a nommé son dojo EN BU KAN.

L'écusson du EN BU KAN

YOSHIO NAKAMURA SENSEI et GUY JUILLE SENSEI

En France, son école est représentée par maître JUILLE, Hashidan.

Né en 1947, Guy JUILLE sensei a commencé la pratique des arts martiaux en 1956 par le judo.

Il débute le karate dans un dojo Shotokan dans les années 60.

En 1970, il rencontre Nino SATORU sensei, élève de Soke Shogo KUNIBA et Teruo HAYASHI, maîtres de Shito ryu avec qui il pratiquera en France et au Japon de 1972 à 1978.

En 1978, stage au japon avec maître Eiji OGASAHARA, dont Hidetoshi NAKAHASHI sensei est l'élève.

Débutent alors des années de pratique avec NAKAHASHI sensei et de nombreux stages avec Kenei MABUNI sensei.

Dans les années 70, le Kobudô et le Shorin ryu sont introduits en France par Kenyu CHINEN sensei et Seisuke ADANYA sensei. Guy JUILLE sensei devient aussitôt adepte de Kobudô.

Le Kobudô : les Sai

Le Kobudô : le Bô

Au début des années 80, il débute la pratique du Iaidô avec Jean Pierre REINIEZ sensei.

Il étudie également le Iaidô et le Kobudô avec Sogho KUNIBA sensei.

C'est en 1997 qu'il rencontre Yoshio NAKAMURA Sensei (10 eme dan) à Okinawa.

Il va ensuite se consacrer au Shuri te. C'est un retour à la source de sa pratique.

Guy JUILLE sensei est actuellement Kyoshi, Hashidan.

Il est le Responsable Technique du GENBUKAN, ASSOCIATION FRANCO-JAPONAISE DE SHURI SHORIN RYU.

Logo du Genbukan, Association Franco-Japonaise de Shuri Shorin Ryu : trois écailles de tortue et les kanjis Gen, Bu et Kan

Depuis 2000, Guy JUILLE sensei est nommé héritier du Shuri Shorin Ryu, par Yoshio NAKAMURA sensei et devient de ce fait représentant officiel Shuri Shorin.

Retrouvez le parcours de Guy Juille dans sa pratique des Arts Martiaux :

Authentification
XHTML valide CSS valide Réalisé en PHP Page servie par Apache Nous écrire
Dernière mise à jour le 16-02-2013, 11:37.